Partagez | 
 

 SARAH ✧ Vivre ce n'est pas attendre que l'orage passe ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



✽ date d'inscription : 13/06/2015
✽ parchemins : 535
✽ camp : phénix
MessageSujet: SARAH ✧ Vivre ce n'est pas attendre que l'orage passe ...   Jeu 13 Avr - 13:14



« ... mais apprendre à danser sous la pluie »


Sarah Mandleton
Ft. Barbara Palvin
ÂGE: 19 ans
MAISON: poufsouffle
EPOUVANTARD: ici
GROUPE: phénix

un petit tic par ici ∞ une grosse manie par là ∞ ton caractère en une phrase ∞ explique ta qualité ∞ raconte nous un défaut ∞ décris ton mode de pensée ∞ un petit tic par ici ∞ une grosse manie par là ∞ ton caractère en une phrase ∞ explique ta qualité ∞ raconte nous un défaut ∞ décris ton mode de pensée ∞ un petit tic par ici ∞ une grosse manie par là ∞ ton caractère en une phrase ∞ explique ta qualité ∞ raconte nous un défaut ∞ décris ton mode de pensée ∞ un petit tic par ici ∞ une grosse manie par là ∞ ton caractère en une phrase ∞ explique ta qualité ∞ raconte nous un défaut ∞ décris ton mode de pensée ∞etc à organiser à ta sauce

Bonjour, moi c'est BouLott aka Hélo, j'ai environ 23 ans et je le vis bien. Je suis arrivée sur Dissendium en 2010 et j'ai jamais quitté le forum oups et je vous aime tous très fort.   Ah et puis  





Ma mère est moldu, mon père s'est terré avec nous dans la campagne anglaise pour éviter d'être proche des sorciers et a tenté de nous faire vivre en moldu. Je me suis occupé des poules et des champs durant toute mon enfance en allant de temps en temps à l'école moldue, je ne vous raconte pas le choc en arrivant à Poudlard. Du coup je me suis très vite retrouvée chez les "résistants" les gentils, ceux qui se battent pour les égalités tout ça. Sauf que je suis tombée amoureuse, mais sévèrement. Et il a du me quitter parce que je n'étais pas une bonne fréquentation pour sa famille, alors je suis passée dans l'autre clan, chez les obscurs. Ils m'ont pas très bien accueillis, mais j'ai tout fait pour leur montrer que j'étais capable d'être et de penser comme eux. Sauf que mon amoureux n'est jamais revenu pour moi, il m'a quitté pour de bon. Dégoûté de tout cela, j'ai décidé d'être un peu neutre et de vivre une vie paisible. C'était sans compter Maximilien qui m'a fait sortir de prison (ouais une drôle d'histoire) et du coup je me suis retrouvée à le suivre, chez les résistants, ceux qui se battaient contre Indali et son gros pouvoir. Alors forcément, si les phénix renaissent de leurs cendres, je m'associe à eux.


Crédits avatar : .sparkle ◊ Crédits icons: EYLIKA ◊ Crédits fiche : Romane


_________________

MAKE THE IMPOSSIBLE

te rencontrer, t'aimer, danser et rire avec toi. Je veux vivre cette vie, ne me quitte pas. © signature by anaëlle.


Dernière édition par Sarah Mandleton le Jeu 13 Avr - 13:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✽ date d'inscription : 13/06/2015
✽ parchemins : 535
✽ camp : phénix
MessageSujet: Re: SARAH ✧ Vivre ce n'est pas attendre que l'orage passe ...   Jeu 13 Avr - 13:14



«vis ma vie»




partie une : on tombe

Les murs froids de l’université la font frémir, elle tourne en rond dans son lit sans trouver le sommeil. Elle n’aime pas vraiment ce remplacement de Poudlard, ce n'est plus aussi magique, plus aussi beau, plus aussi enfantin. Elle qui a toujours aimé la vie et toutes ses années d’adolescences où elle n'était qu’une enfant. Elle qui aime rire et être insouciante, elle a perdu ce goût. Elle a grandi maintenant. Elle ferme les yeux et se replonge dans les temps passés, là où elle avait encore le droit d'être ce qu'elle voulait.

    Ton enfance est belle, quand tu cours encore dans les bois avec Fabien, ton frère, ou quand tu joues aux cartes avec Ruben, ton père, tu es pleine de vie. Tu aimes ce que tu fais, ce que tu es. Ta mère est moldue, ton père est sang-mêlé, vous avez fui la guerre pour vivre exilés à la campagne. Vous êtes loin de tout et tu aimes ça. Tu aimes cette liberté, cette proximité avec les moldus où tu apprends à vivre comme eux, cette aisance à vagabonder sans peur. Tu adores le contact des animaux, tu montes à cheval dès tes quatre ans, tu cours après les poules dès que tu sais courir, tu caresses les lapins, les chats sauvages et tout type d’animaux. Tu n’as pas peur de l’inconnu car tu as confiance. Cette confiance qui te pèsera plus tard car tu seras trop naïve, mais pour l’instant tu n’as pas de raison d’avoir peur. Ta mère, Elizabeth, t’aime. Elle t’apprend à être une bonne petite fille sage. Tu as toujours été sage, un peu folle, mais tu n’as jamais fait de bêtise, tu ne mens pas, et ne voles pas. Tu respectes tes parents et tu t’habilles bien quand on te le demande. Très polie avec les invités quel que soit leur sang. Oui, tu es une petite fille parfaite, mais loin d’être une princesse. Tu as envie de plus, de voler des heures à escalader des arbres plutôt qu’à apprendre tes leçons. Tu mets beaucoup de temps à apprendre à lire et l’écriture n’en parlons pas. La vie a beaucoup à t’apprendre, et disciplinée tu écoutes, mais cela ne te fascine pas forcément, tu préfères la liberté et l’air libre. Tu n’aimes pas t’enfermer dans une classe, mais tu aimes découvrir toi-même. Curieuse, naturelle, enfantine, tu es un bouquet qui pue le bonheur à plein nez.


Mais le temps passe trop vite, voilà que la demoiselle Mandleton doit quitter son lit pour les cours. C’est fini les rêves, les souvenirs, maintenant il faut avancer, oublier les horreurs vécues pendant toutes ces années. Son cœur se serre quand elle pense à la mort de son frère, Fabien, tué par un mangemort sans cœur, elle l’aura pleuré, elle l’aura aimé, mais il veille sur elle désormais. Il est au-dessus dans les cieux et elle le regarde avec amour. Il est devenu une raison de se battre. Sarah sourit et se dépêche d’entrer en cours. Les élèves sont déjà presque tous assis, elle se pose à côté d’un garçon qu’elle ne connaît pas, un garçon qui lui rappelle étrangement Xander. Son premier amour, celui qu’elle a aimé de tout son cœur et qu’elle rêve de retrouver. Elle n’a pas perdu cette flamme, elle serait prête à tout lui pardonner parce qu’elle sait au fond d’elle qu’il n’est pas le connard fini, comme le pense tous ses amis. Il est gentil, attentionné, patient et loyal. Il respecte sa famille. Il est sûrement temps de tourner la page, mais il restera à jamais gravé dans sa mémoire. C’est LE mec. Celui qui l’a construite. Le professeur se mit à parler et la demoiselle se perd dans les souvenirs, une fois de plus.

    Le noir t’envahit, sans que tu comprennes ce qu’il se passe. Tu es perdu dans cette infirmerie, perdue dans ce monde qui est trop vaste. Des explosions, des bruits, des cris. Pete était là, Mahault aussi. Tu as peur, mais tu restes forte pour tes amis. Tu ne comprends rien, mais tu subis parce que c’est la seule chose que tu peux faire. Et alors tout explose autour de toi. Ewen n’entend plus rien, tu le prends par la main, soutenue par Mahault. Vous devez quitter les lieux. Comment cela finit-il par se passer ? Tu ne sais plus, la seule chose dont tu es sûre c’est que tu as suivit Pete et qu’il vous a fait sortir. Dehors la bataille gronde. Dehors le monde s’affronte, il neige, il fait froid, les temps sont durs, mais tu sais que c’est normal. La météo s’arrange toujours avec les événements et tu ne seras pas surprise s’il se met à faire beau, soudainement, à la fin de la bataille. Si un rayon de soleil finit par traverser le ciel. Maintenant, tu cours dans le château. Vous retrouvez Raphaël qui soutient la prof de sortilège, Taylor Kensington. Tu l’accompagnes un peu, Ewen veut se battre, malgré tout. Tu retrouves d’autres personnes, certaines sont mal, d’autres sont remplies d’une rage que ut ne comprends pas. Tu as mal au cœur, tu détestes la violence et l’air en est plein. Alors tu t’armes de ta baguette et tu te mets à soigner des gens. A force tu as fini par maîtriser certains sorts et si tu peux être utile. Tu ne prends pas part à la bataille, tu ne veux pas te mettre d’un côté, tu veux juste éviter les morts. Tu aides qui veut te de ta main, tu soutiens physiquement, moralement, mentalement… Tu donnes tout ce que tu as en ton pouvoir pour éviter une mort atroce, même aux personnes qui sont concernées.


Les yeux de la blondinette s’ouvrent avec effroi, ce jour-là elle avait vu bien plus d’horreurs que durant tout le reste de sa vie et pourtant c’était elle-même qui avait retrouvé le corps de son frère sitôt mort alors qu'elle n'avait que 15 ans. Elle déglutit avec difficulté et essaie de retenir ses ses larmes. Ce n'est pas le moment de pleurer, il ne fallait pas en arriver à se laisser aller en plein cours. Elle laisse son regard vagabonder par la fenêtre et s’amuse à compter le nombre d’oiseaux qui vont et viennent sur les branches. Mais son innocence s'est quelque peu perdue durant la Grande Guerre. Et peu à peu le monde l’a transformée. Elle a choisi d’étudier le droit pour essayer de sauver d’autres vies, mais c'est trop dur pour elle, les cours sont trop poussés et elle n'a jamais été très douée, pourtant elle s’accroche comme elle le peut. Alors bien vite, elle a changé de cursus pour étudier les langues, car elle a compris que les études poussées ne sont pas pour elle. Les langues la fascinent et l’aident à se plonger dans autre chose que les morts. Les langues c’est vivant et passionnant. Surtout la langue des êtres de l’eau, qu’elle maîtrise de mieux en miuex. La cloche sonne et la classe se dirige vers le cours suivant, mais la demoiselle décide de sécher, une fois de plus, pour réfléchir à ce qu’elle allait devenir. Assise dans les marches d’escaliers, la demoiselle se réfugie dans ses pensées.

    Il est mort. Tu refuses de voir le corps, mais tu es bien heureuse, une nouvelle vie t’attend, et elle risque d’être belle. Tu es triste pour Xander, tu espères qu’il va pouvoir se ranger de votre côté, tu es prête à témoigner en sa faveur, mais tu n’as aucune nouvelle de lui ; tu continues à soigner les blessés qui ont besoin de ton aide. Tout est réjouissance autour de toi. Tu embrasses des joues, tu serres des bras, tu souris, tu fais ce qu’on attend de toi en somme, comme toujours, mais au fond tu n’es pas totalement satisfaite car tu as perdu des amis, perdu du temps, perdu des gens. Peu à peu le temps passe et tu apprends à vivre cette nouvelle vie. Une vie parfaite pour l’ancienne toi, une vie pleine de naïveté et d’insouciance, mais tu ne seras plus jamais la même. Tu as vu l’horreur de la guerre, tu as vu l’atrocité des morts violentes. Tu es brisée et tu as besoin de te reconstruire. Alors tu t’accroches à ceux que tu connaissais : Albus, Janet, Kenneth, Lucy, Mirka, Liv, Juyne, Lily, Adrian, Eros, Isaac, Louise, Naranja, Noah et même Cassiopée ou Ariel. Toutes ces personnes qui ont un jour compté pour toi. Des tas de noms qui t'ont remonté le moral, même si tu te rends compte que certains t'ont quitté à jamais. Le nouveau système d’Indali s’est mis en place pendant ce temps, tu n’as jamais vraiment bien compris, mais tu as su que c’était mal. La magie qu’il te restait était désormais comptée. Voldemort t’a détruit avec sa guerre, Indali a fini le travail. Tout ce que tu aimais dans ce monde c’était la gratuité et la simplicité de la magie, ensorceler tes chaussures pour qu’elles chantent dès le matin c’était un bonheur, maintenant tout était compté. Tu ne pouvais plus rire en faisant une simple blague magique, c’était décevant.


Une voix moqueuse réveille la demoiselle, beaucoup d'élèves viennent de Poudlard dans cette nouvelle université, mais certains sont nouveaux et très vite ils ont découverts l'insouciance de la demoiselle. La faiblesse dont elle fait preuve. Sarah est un atout pour qui sait l'utiliser. Ces gars-là l'ont bien compris. Avec leur ton faussement sympathique, ils l'ont invité dans leur groupe, ils lui ont fait découvrir une autre sorte de bonheur qui l'emmène plus loin et qui pourtant l'entrave. Ses parents seraient si peu fiers d'elles, certains de ses amis ne la reconnaissent plus, mais elle est perdue. Et seule. Une petite voix se détache du lot, une jeune fille lui tend un papier. Sarah le lit avec attention, sans réellement comprendre ce qu’il lui arrive. On demande à la voir, chez le principal. Elle a peur, mais elle sait qu’elle n’est plus l’enfant parfaite qu’elle était. Peut être que c’est mérité. En chemin elle repense à ceux qui l’ont amenée là.

    Tu te rappelles avec précision le premier jour où ils t'ont fait fumer, tu t'es étouffée et tu as juré de ne jamais recommencer, mais ils ont eu raison de toi et quelques jours plus tard, tu revenais vers eux. Alors tu as commencé à être leur planque, trop serviable, trop bonne poire, trop cruche. Tu gâchais leur drogue, ce n’était pas toi qui la prenait, juste un joint de temps en temps, pas plus. C’est pour ça qu’ils te faisaient confiance et toi, tu te taisais. Tu acceptais tout sans comprendre dans quelle merde tu t’étais fourrée. La semaine dernière, une fille de ta fraternité a vu quelque chose qu’elle n’aurait jamais dû voir. Elle a essayé de te raisonner, d’en parler avec toi, mais muette comme une tombe tu n’as balancé personne. Aujourd’hui, c’est le moment de payer. Et tu reconnais que c’est entièrement ta faute.

Presque deux mois plus tard, Sarah connaît les murs de sa prison par cœur. Elle regarde son bras, par habitude, le sablier est vide. Aucune magie ne coule plus dans ses veines, aucune once d’espoir en lui reste, pourtant sa peine touche à sa fin. Mandleton avait reconnu tous les crimes qui lui étaient inculpés, mais personne n’avait été idiot, elle n’était pas le cerveau de la bande, ni la plus dangereuse. Elle avait pris pour deux mois de prison. C’était le jour de sa visite avec la thérapeute, qui la ferait sortir ou non, Sarah savait qu’elle allait sortir, elle n’avait rien fait de mal et s’était extrêmement bien comportée, mais sortir de prison cela voulait dire retourner à l’université et la demoiselle n’en avait pas envie. Elle voulait quitter ce monde qui l’avait détruit, elle voulait aller de l’avant et recommencer autre chose. Et en prison elle avait rencontré une personne qui lui proposait tout cela. Un garçon qui lui avait redonné le sourire, un enfant qui lui avait permis de vivre son rêve. Elle s’était fait un ami et ce Max, elle ne comptait pas l’abandonner de sitôt. Ce Max, elle le suivrait jusqu’au bout du monde, car il était drôle, frais, étonnant, motivé, il était l’homme qui pouvait la relever et la faire rire comme avant.


partie deux : on se relève


Tout est nouveau autour d'elle, tout est refait. Non, le monde est toujours le même, les gens n'ont pas changé radicalement du jour au lendemain, mais la magie coule à nouveau sans distinction dans les veines de tout le monde. Sarah est heureuse, elle respire enfin vraiment depuis ... depuis sa sortie de prison. Depuis qu'elle était une paria, une espèce de folle qui ne savait plus trop en qui croire. La voilà libérée, puisque les regards se sont assouplis, la gêne est moins grande, les doutes sont moins forts. Bref, la vie est plus douce. Oh bien sûr, les menaces règnent, toujours. Il y a un risque qu'une organisation se lève, qu'un fou se redresse, qu'un dingue veuille prendre le pouvoir... actuellement le gouvernement n'est pas clair, les élections approchent, mais tout le monde se plait à penser qu'il est possible d'avoir un petit peu de paix et Sarah par-dessus tout. Elle a fait parti de ces assemblées d'étudiants qui sont allés protesté, elle s'est battue pour ses droits de magie et maintenant elle profite. Profite de la vie. Toujours vendeuse chez les Weasley, mais elle ne désespère pas de se retrouver à Poudlard bien vite, au moins pour l'inauguration!  


Crédits gif : ici  ◊ Crédits fiche : Romane


_________________

MAKE THE IMPOSSIBLE

te rencontrer, t'aimer, danser et rire avec toi. Je veux vivre cette vie, ne me quitte pas. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

SARAH ✧ Vivre ce n'est pas attendre que l'orage passe ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» JOYCE ★ vivre et aimer sans attendre
» Et si aujourd'hui était votre dernier jour à vivre?
» Le gold farming ferait-il vivre plus d'1 million de Chinois ?
» [Arlequin - Récit - A faire vivre] Détresse
» Le règlement de base pour bien vivre sur LBP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Dissendium  :: CHICANEUR :: Régulation des créatures-