Partagez | 
 

 Qui es-tu vraiment ? ✘ Daria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



✽ date d'inscription : 17/07/2015
✽ parchemins : 96
✽ camp : partisan ordre du phénix
MessageSujet: Qui es-tu vraiment ? ✘ Daria   Mer 18 Mai - 17:10

Qui es-tu vraiment ?


Il travaillait, une fois n’est pas coutume, dans son bar préféré. Oui, être barman au Chaudron Baveur était un métier à plein temps et il s’y consacrait avec joie. Il aimait les rencontres qu’il pouvait y faire, les sourires qui illuminaient les regards des clients, les discussions endiablées aux différentes tables. Alors même si ce n’était pas sa passion, n’importe qui aurait rêvé un métier un peu plus intéressant que celui-là, il restait tout de même heureux de se lever le matin. Surtout qu’il pouvait tout de même écrire à coté alors que demandait le peuple ? Il sourit en tendant une bière à la cliente qui se tenait en face de lui. Puis il prit le petit carnet qui se trouvait à coté de la caisse. Après plusieurs heures passées derrière le comptoir, il était temps d’aller un peu en salle. Ca lui permettrait de se dégourdir un peu les jambes et autant le dire, ça ne pourrait que lui faire du bien. Il passait de tables en tables, prenant les commandes, lâchant quelques mots sympathiques aux différents clients attablés. Et puis il retournait donner la liste de ce qu’il voulait avant de faire le trajet inverse, les bras encombrés par les différentes boissons. Si au départ, il avait plusieurs fois manqué de tout renversé, son adresse était désormais légendaire et il craignait le moins du monde de lâcher un jour une boisson. Ca faisait des mois et ce n’était jamais arrivé, ce ne serait plus le cas désormais. Il pouvait maintenant porter plusieurs boissons à la fois. Quel homme franchement !

Il glissait de table en table, se dirigeant toujours vers les nouveaux clients, apportant l’addition aux anciens, leur reproposant une nouvelle boisson ou leur apportant cette boisson commandée et tant attendue. Et il arriva à cette table. Une brunette s’y trouvait, dos à lui. Il ne fit même pas attention au fait qu’elle n’était pas dans un siège propre au Chaudron Baveur mais dans un fauteuil roulant avant de se retrouver face à elle. « Bonjour, vous désirez quelque chose ? » Il se stoppa alors net. Il la connaissait. Il savait qui elle était. Dès qu’il avait vu son visage des flashs d’une conversation avait refait surface. Cette femme n’était pas qu’une de ses clientes dans ce bar. Elle était bien plus. Elle était une cliente de son commerce d’informations et il l’avait vu vraiment peu de temps auparavant. Mais il n’avait rien à craindre. Il n’y avait aucune chance qu’elle le reconnaisse contrairement à lui. Il la regarda rapidement. Aucune chance qu’il se soit trompé. Il se souvenait encore de son air déçu lorsqu’il lui avait dit ne rien pouvoir pour elle. Il se souvenait également le sourire qui avait éclairé son visage lorsqu’il lui avait dit que c’était possible, qu’il savait qui était son cousin. Et pourtant, ça lui en avait coûté. Quand il pensait que ce salaud de Derek allait retrouver sa famille grâce à lui. Il l’avait quand même envoyé à l’hôpital pour des gamineries. Parce que c’était ce que c’était, ni plus ni moins. Il savait qu’il avait une part d’erreur qui était liée à lui. Mais il n’était pas un enfant de dix ans à l’époque et il l’était encore moins maintenant. S’il n’arrivait pas à comprendre les motivations qui avaient pu le pousser à faire ce choix, il n’était vraiment pas mûr. Il n’allait tout de même pas vendre son père avant d’être sûr. En plus, il ne s’était pas trompé, son paternel, aussi menteur qu’il soit n’était pas responsable de cet assassinat. Enfin, assassinat, c’était uniquement une bataille qui avait mal tournée. C’était la guerre, elle avait détruit des familles entières. Alors c’était triste pour Derek certes, il ne pouvait pas comprendre ce qu’il avait traversé, mais il n’était pas responsable des actions de leurs parents, de leurs choix. Sa mère avait choisi les mangemorts, c’était son problème, pas celui de l’ancien aiglon. Elle en avait payé le prix fort et c’était triste mais elle n’était pas la seule qui était morte sous les coups de l’ennemi. Lorsque l’on voyait ce qui était arrivé à la famille Weasley, c’était peut-être bien pire. Il restait persuadé que Lucy aurait préféré voir son père mort d’un bon Avada Kedavra, rapide, indolore et efficace en plein combat que de le voir décapité en une des journaux par vengeance.

Alors qu’il attendait ses choix, il se demandait si elle l’avait retrouvé. Est-ce qu’ils se connaissaient désormais. Est-ce qu’elle avait trouvé ce qu’elle cherchait ? Est-ce qu’il était le Derek qu’il était plus jeune en sa compagnie et non celui empli de colère et de rancœur qu’il était désormais ? Mais il ne pouvait pas poser ces questions qui lui tourmentaient pourtant l’esprit. Il ne devait pas dévoiler son visage. C’était pour son bien comme celui des autres, même s’il doutait qu’elle soit un véritable danger, elle lui avait déjà prouvé à de nombreuses reprises qu’elle ne l’était pas. Il n’empêchait que moins de monde serait au courant, mieux il se porterait.


Spoiler:
steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✽ date d'inscription : 10/01/2016
✽ parchemins : 45
✽ camp : Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Qui es-tu vraiment ? ✘ Daria   Jeu 19 Mai - 20:27

Après un trimestre de travail acharné à se faire une place digne de ce nom auprès du département des sports, à superviser pas moins de dix matchs et autres rencontres amicales  et à courir Londres dans tous les sens pour des rendez-vous divers et variés, Daria pouvait enfin goûter à une semaine de vacances. Cette petite parenthèse était inespérée. En effet, depuis qu'elle vivait sur l'île, la jeune femme rêvait de visiter les monuments emblématiques qui composaient le patrimoine sorcier de ce pays. Malheureusement, entre son travail, les soins médicaux, les expositions d'art et les vernissages, plus toutes les recherches qu'elle menait de front pour retrouver son cousin, qui restait mystérieusement introuvable malgré de grandes avancées dans sa récolte d'informations, ce vœux était resté pieux. C'est pourquoi elle comptait bien profiter de cette semaine d'inactivité pour rattraper son retard.

Pour sa première visite, elle avait choisit de jouer la carte de la simplicité. En effet, son objectif de la journée était d'aller boire une bonne bieraubeurre au Chaudron Baveur. Quand elle songeait au fait qu'elle n'avait pas encore été dans cet endroit mythique et qu'elle n'avait pas encore eu l'occasion de goûter cette boisson tout aussi emblématique, Daria se sentait particulièrement honteuse. Après tout, ce pub était une institution. De part sa situation tout d'abord, à cheval entre le monde des sorciers et celui des moldus, mais aussi de part son histoire ancestrale. En effet, il n'était que le plus vieux pub de toute la capitale britannique. Cela promettait d'être une excursion intéressante . Avec un peu de chance, la jeune femme tomberait sur un habitué prêt à lui révéler quelques anecdotes croustillantes sur le lieu et sur la manière dont il avait façonné le monde des sorciers ...

C'est sur cette perspective enthousiasmante que Daria franchit la porte de son appartement, emmitouflée dans un dufflecoat vert canard. Bonnet gris argenté vissé sur les oreilles et cache-nez assorti , l'anglo-libanaise se mit tranquillement en route vers le n°1 du chemin de Traverse. Elle apprécia de passer dans Charing Cross Road , s'arrêtant de temps à autre devant les différentes vitrines des librairies se trouvant sur son chemin, avant d'enfin pousser la lourde porte en bois noire menant au Chaudron Baveur. Quel drôle de nom pour cet endroit accueillant et chaleureux , songea Daria en poussant ses roues sur le sol en pierres rougeâtre. Certains l'aurait sans doute qualifié de miteux, mais l'étrange bric à brac régnant dans la salle principale lui donnait une image bien singulière de ce qu'était la convivialité.

Dans un coin, un trio de grand-mères jouaient aux cartes en fumant la pipe et un peu plus loin, une congrégation assez importante de sorciers noirs en costume traditionnel débattait sur des sujets aussi importants que le cours des osselets et de la poudre de manioc . Daria ôta son bonnet et repiqua quelques mèches qui s'étaient échappées de la couronne de tresses qu'elle arborait pour l'occasion. Après avoir observé la salle , la brunette choisit de s'installer non loin de l'énorme âtre de la cheminée. Non pas qu'elle est vraiment froid, mais elle se sentait patraque depuis quelques jours. Par chance, une petite table ronde  dotée d'une unique chaise se trouvait dans l'aura chaude et réconfortante de l'énorme feu de bois.

Après quelques manœuvres expertes, Daria réussi à garer son fauteuil entre la table et le mur de pierre grise. Elle  se dégagea de son manteau d'un coup d'épaules et le déposa, ainsi que le reste de ses affaires, sur la chaise à côté d'elle. Curieuse, elle se mit à observer les détails environnant quand un jeune homme se présenta à elle en lui demanda si elle souhaitait commander quelque chose. La brunette leva les yeux vers lui en souriant. Sans chercher à le dévisager, la jeune femme ne put s'empêcher de remarquer qu'il était plutôt mignon. Grand, sec, on devinait aisément qu'il était de stature athlétique. Cependant, c'était ses yeux qui étaient les plus saisissants. D'un bleu clair et profond, ce qui détonnait étrangement avec ses cheveux noirs et sa peau mate.  Daria n'arrivait pas à savoir si c'était sexy ou perturbant. Comme elle n'arrivait pas à déterminer l'expression de son visage. Il semblait surpris, soucieux voir mal à l'aise mais tout ces sentiments ne cadraient pas. Comment pouvait-elle le mettre mal à l'aise alors qu'elle ne le connaissait pas ?

Tout en se persuadant qu'elle devait se faire des idées, elle remit une mèche derrière son oreille et s'exclama d'une voix amicale :

Oui, je vais prendre une bierraubeurre bien chaude, s'il vous plait.


Une chose était sûre, on ne lui avait pas menti en affirmant que l'équipe du Chaudron baveur avait le sens de l’accueil. Le jeune homme faisait un effort manifeste pour ne pas fixer son fauteuil roulant avec des yeux ronds et elle lui en était reconnaissante. Soudain, elle se souvient d'une phrase que lui avait dit Katell à propos d'une éventuelle démolition de ce lieu mystique et se décida à interroger le jeune serveur à ce sujet :

Je suis contente d'être ici. Vos boissons ont une sacrée réputation. Il parait que le pub à faillit être rasé, il y a quelques années, c'est vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✽ date d'inscription : 17/07/2015
✽ parchemins : 96
✽ camp : partisan ordre du phénix
MessageSujet: Re: Qui es-tu vraiment ? ✘ Daria   Sam 21 Mai - 21:42

Qui es-tu vraiment ?


Il n’a pas mis longtemps à la reconnaitre. A vrai dire, cela fait bien peu de temps depuis leur précédente rencontre. Alors il reste un peu surpris de la voir là. Il ne s’attendait pas à la recroiser aussi rapidement ou à la recroiser tout court. Londres reste une grande ville même si le quartier sorcier est plus restreint. Il lui demande tout de même ce qu’elle désire. Il ne s’étale pas même si des questions brulent ses lèvres. C’est rare qu’il revoie ses clients. En fait, il tombe plus souvent sur des clients qu’il connait d’ailleurs que l’inverse. C’est alors plus simple à cacher. Enfin, sauf si la personne le connait trop bien. Sa voix est alors bien trop reconnaissable. Mais même dans ce cas là, ce n’est pas tous les jours que ça se produit. Elle ne semble pas remarquer cette surprise qu’il a un peu de mal à cacher. Après tout, elle n’a pas vraiment de raison de se poser de questions. « Oui, je vais prendre une bierraubeurre bien chaude, s'il vous plait. » Elle était aussi enjouée que la première fois qu’il avait pu la croiser. C’est vrai qu’elle lui avait fait l’effet d’un rayon de soleil dans sa journée. Quand il la comparait à d’autres clients un peu sombre, elle en restait si différente. Il sourit tout en notant ce qu’elle désirait dans son petit carnet. Oui, il prenait toujours plusieurs commandes en même temps pour éviter les allers-retours. C’était une technique qu’il utilisait depuis quelques temps. Alors il l’utilisait encore cet après-midi là.

« Je suis contente d'être ici. Vos boissons ont une sacrée réputation. Il parait que le pub à faillit être rasé, il y a quelques années, c'est vrai ? » Ainsi, c’était la première fois qu’elle venait dans ce bar. Il se dit qu’il se devait de lui faire un début de conversation. C’était ce qu’un inconnu aurait fait. Il savait déjà qu’elle venait d’arriver dans le pays, mais elle n’était pas censée le savoir… « Vous venez d’arriver à Londres pour n’être jamais venue ? » C’était une question des plus simples. Le Chaudron Baveur était ‘the place to be’, un endroit où on était obligé de se rendre lorsque l’on était à Londres. Encore plus qu’il s’agissait d’un des points de passage pour se rendre sur le chemin de traverse. Mis à part si on utilisait les cheminées, il restait le seul facile d’accès. Il lâche un petit sourire. Il est heureux de pouvoir lui raconter une partie de leur histoire. Parce que c’est exactement ce que c’est, une partie de l’histoire collective des sorciers de Grande-Bretagne. Ce pub, c’est leurs origines, leur vie. « Oui, tout à fait. » Il marque un léger temps d’arrêt avant de reprendre. « En fait, c’était plutôt il y a quelques centaines d’années. » Un sourire légèrement rieur éclaire son visage alors qu’il pense à ce décalage temporel. Mais déjà, elle avait entendu parler de l’histoire, c’était déjà ça. « C’est lorsque la grand route a été créée. Les moldus devaient tout raser et le pub a failli disparaitre avec. » Ca aurait été quelque chose si ça avait été le cas. Une horreur lorsque l’on sait à quel point ce pub était déjà aimé à l’époque. « Mais on a réussi à le sauver grâce à un bon gros sortilège d’amnésie. » Il sourit de nouveau. « Enfin, on, les sorciers de l’époque quoi ! » Il retourne son attention vers la jeune femme. Sacrée histoire non ? Il regarde autour de lui au niveau des tables. Pour l’instant, personne ne semble dans l’attente d’être servi. Au moins, c’est une après-midi plus calme que d’habitude. Mais, il en faut aussi. Et puis, ca lui permet de se reposer en vue de la soirée avec laquelle il va devoir enchainer et qui promet d’être plus agitée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✽ date d'inscription : 10/01/2016
✽ parchemins : 45
✽ camp : Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Qui es-tu vraiment ? ✘ Daria   Mer 25 Mai - 17:49

Daria s'empourpra devant la réflexion à peine voilée par la première question du jeune barmen. Forcément, dans l'esprit des sorciers londoniens, ne pas être venue une seule fois au Chaudron Baveur en trois mois de résidence sur l'île devait s’apparenter à un crime de lèse majesté. Elle se demanda un instant si elle devait se justifier puis décida que ce qu'elle faisait de son temps libre ne regardait qu'elle. Et puis l'important, c'est qu'elle avait fini par venir, non ? Étrangement, la jeune femme ne fréquentait pas tant que ça le Londres sorcier. Peut-être était -il trop étriqué à son goût. Ou peut-être était- ce par manque d'habitude. On ne retrouvait pas ce genre de ségrégation à Beyrouth.

Cela étant, en ce court laps de temps passé à côtoyer les sorciers anglais, la jeune femme avait souvent eu l'occasion de mesurer leur attachement profond à leur patrimoine. Il semblait donc indispensable de s'y intéresser un tantinet si on voulait s'intégrer. Pour le moment, Daria n'avait fait qu'une rapide apparition dans l'enceinte du Ministère, qui l'avait mise profondément mal à l'aise, et quelques virées shopping sur le chemin de traverse, privilégiant le plus souvent les cheminées de la Wuuk pour se déplacer. Elle était donc ravie d'avoir choisit le Chaudron Baveur pour sa conquête du Londres sorcier. En effet, quel autre endroit pouvait-il y avoir de plus symbolique qu'un pub pour une première approche de la culture anglophone ?

Elle retomba quelques minutes en enfance, se revoyant sur les genoux de son père qui lui racontait la sienne, ici, sur l'île. Daria savait que ce genre d'endroit faisait parti de la tradition de vie britannique, qu'il était coutume de se rendre ici en fin de soirée pour y boire un verre entre amis, écouter de la musique et joueur aux cartes ou aux échecs. Son propre grand-père avait été Landlord durant un temps. Souvent Marcus Keynes lui racontait comment lui et sa soeur, la mère de Derek, passaient leur soirées à crapahuter sous les tables de ce vieux pub poussiéreux en jouant aux billes ou comment ils finissaient par invariablement s'endormir roulé en boule devant le gros fourneau en fonte de la cuisine.

Un profond sentiment de nostalgie l'envahit alors. Bien sûr, il y avait ses souvenirs magnifiques qu'elle gardait de ses parents. La douceur de la barbe de son père, l'odeur fleuri et sucrée de sa mère, les yeux moqueurs, le rire en grelots, mais leur mort avait entaché tout cela. Leurs noms étaient devenu un silence qu'elle faisait semblant de ne pas entendre. Leur absence était devenue un fantôme qu'elle faisait mine de ne pas sentir, même quand il lui broyait la poitrine les nuits de solitude. Ils lui manquaient toujours autant, qu'elle parle d'avenir ou de souvenirs. La jeune femme soupira en tripotant le coin d'un menu écorné. Tout ce qu'elle pouvait faire dorénavant, c'était d'honorer leur mémoire en vivant le plus intensément possible. Elle pouvait bien dédier cette pinte à son père, lui qui avait si souvent radoté sur le bon goût de caramel de la Bierraubeuree que servait sa mère autrefois ..

Elle se secoua mentalement et reporta toute son entière attention sur le jeune homme aux yeux bleus qui répondait , avec un enthousiasme évident, à sa question sur le funeste destin qui avait été celui du Chaudron Baveur, fut un temps. L'anglo libanaise écarquilla de grands yeux quand il lui expliqua que c'était les moldus qui avaient été à l'origine de cette bavure, puis hocha la tête avec conviction quand elle apprit qu'un bon sortilège d'amnésie avait permis de régler la question. La magie réglait bien les choses. Enfin, la plupart du temps. Comme tout pouvoir, elle impliquait aussi ses responsabilités, et, comme tout pouvoir, mise entre de mauvaises mains ... Elle se mordilla la lèvre, pensive.

C'est une bonne chose ... de l'avoir sauver.

Son interlocuteur, bien que poli et serviable, profita de ce vague moment de flottement pour pivoter rapidement sur lui même et jauger du regard si de nouveaux clients n'avaient pas profiter de leur discussion pour venir s'installer. Une odeur de croissant chaud. Une pointe de menthe. Daria fronça le nez. Elle connaissait cette odeur si caractéristique. Elle fouilla un moment dans sa mémoire, tout en scrutant l'homme qui se tenait devant elle. Ces deux mots tournaient dans son esprit.

A part votre odeur de menthe et de croissant chaud, je ne pourrais rien dire de compromettant à votre sujet.

La jeune femme détailla son visage et un "oh " de stupéfaction muet se dessina sur ses lèvres. Heureusement, il n'en n'avait rien vu. Il était son interlocuteur mystère. De l'hôtel désaffecté ! La brunette en était certaine à présent. Ce menton volontaire, cette voix basse et grave, sa stature, tout correspondait. Au moins n'avait-il pas menti. Il avait effectivement un vrai métier et il n'était pas l'adolescent en manque d'adrénaline qu'elle l'avait soupçonné d'être durant quelques instants. Daria se sentit mal, tout d'un coup. Brusquement happée par la panique, elle passa une main tremblante dans ses cheveux. Que devait-elle dire ? Faire ? Que risquait-elle à avoir ainsi griller sa couverture ? Quand il se retourna vers elle, sa peau avait prit une teinte craie et elle avait le cœur au bord des lèvres. Elle déglutit difficilement puis, son esprit vif ne lui faisant pour une fois pas défaut, elle dit d'une voix cassée :

Je suis désolée. Je ne me sens pas bien, tout d'un coup. Je dois manquer de sucre. Je n'ai rien avalé depuis ce matin ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



✽ date d'inscription : 17/07/2015
✽ parchemins : 96
✽ camp : partisan ordre du phénix
MessageSujet: Re: Qui es-tu vraiment ? ✘ Daria   Sam 28 Mai - 1:05

Qui es-tu vraiment ?


Il l’avait servi et avait commencé la discussion. En fait, c’était plutôt elle qui l’avait débuté mais il l’avait continué avec joie. Parce qu’il savait qu’elle ne connaissait pas vraiment l’histoire de leur pays pour l’avoir déjà côtoyée dans un autre contexte. Il se gardait d’ailleurs bien de le dire. Il n’avait pas envie qu’elle découvre la vérité. C’était pour lui qu’il faisait ça. Pour ne pas avoir d’ennuis et c’était une technique qui fonctionnait plutôt pas mal. Il avait semblant de ne pas remarqué ses joues qui s’empoupraient alors qu’il lui demandait depuis combien de temps elle était dans le pays. Ce n’était nullement un reproche. C’était une façon de débuter la conversation, mais elle ne semblait pas l’avoir saisie au vol. Alors il choisit de répondre à sa seconde question et le voilà parti dans de grandes explications sur le Chaudron Baveur, ce bar qu’il aimait particulièrement et pas seulement parce qu’il travaillait dedans. Il aurait très bien pu en choisir un autre, mais c’était dans celui-là qu’il voulait le plus se retrouver. Ainsi, il avait eu un peu de joie dans son malheur d’être viré de la Gazette. Son nouvel emploi, c’était dans un endroit qu’il appréciait qu’il le faisait. Il y eut alors un silence. Ce n’était pas un silence gêné. Non, on avait plutôt l’impression que les deux étaient retombés dans leurs souvenirs. Elle très certainement dans son pays d’origine ou à son arrivée à Londres, quant à Ewen. Il repensait à la première fois où il s’était rendu dans ce bar. C’était son père qui lui avait raconté cette histoire. Il était bien loin ce temps où il le voyait encore comme un héro, comme celui qui savait tout. Son image s’était bien effritée avec le temps. Avec le temps et avec la découverte de la vérité. Les mensonges qu’il avait pu lui faire avait brisé la relation qu’ils pouvaient avoir en morceaux. Et dire qu’à Poudlard, il s’en voulait d’être chez les obscurs, de s’occuper un peu de la guerre juste à cause de lui. Il s’était bien moqué de lui.

« C'est une bonne chose ... de l'avoir sauvé. » La voix de la brune le fit refaire surface. Il était d’ailleurs peut-être temps, parce qu’il était une fois de plus en train de repenser à ce qu’il était peut-être en train de perdre. A cette relation familiale qu’il avait mise en miettes. Il profita de ce petit moment pour vérifier rapidement qu’aucun autre client n’attendait d’être servi. Elle avait beau être sympathique et même s’il pouvait parler de la culture sorcière anglaise pendant des heures, il était au travail. Et qui dit travail dit pas trop de pauses, même si les discussions avec les clients font également partie du boulot. Et puis, il se connaissait, il était un véritable livre, alors s’il commençait, il ne pourrait jamais s’arrêter. Il n’était pas chez les bleus et bronzes lorsqu’il était plus jeune pour rien. Il adorait apprendre, étudier, augmenter ses connaissances et ça n’avait pas changé lorsqu’il avait vieilli, loin de là.

Mais non, aucun client ne semblait attendre et c’était aussi bien. Il allait ainsi pouvoir lui parler d’autres choses. Parce que même si elle n’avait pas répondu à sa question implicite sur le fait qu’elle venait d’arriver, il savait que c’était le cas. Et puis, la légende du Chaudron Baveur était connue de tous, on l’apprenait à Poudlard en histoire de la magie ou peut-être que c'était en sortilèges, il n’était plus très sûr… Il n’avait pas vu la tête qu’elle avait fait quelques instants plus tôt, lorsqu’elle avait reconnu son odeur, il était trop occupé ailleurs. « Y a-t-il d’autres… » Il se stoppa net dans sa phrase en voyant la tête qu’elle faisait. La jeune femme au teint normalement plutôt halé était devenue complètement pâle. Elle ne semblait vraiment pas bien. Mais qu’avait-elle donc ? Quelques secondes plus tôt elle semblait tellement en forme. « Je suis désolée. Je ne me sens pas bien, tout d'un coup. Je dois manquer de sucre. Je n'ai rien avalé depuis ce matin ... » En effet, il ne fallait pas être devin pour voir qu’elle n’allait pas bien. « Je reviens. » Ewen se dirigea immédiatement jusqu’au bar où il récupéra un carré de sucre ainsi qu’un grand verre d’eau. Il n’allait tout de même pas la laisser faire un malaise dans le bar. « Tenez. » Il déposa les deux aliments sur la table et l’observa alors qu’elle mangeait les carrés de sucre qu’il lui avait apportait. Son regard était doux et attentionné. Il espérait qu’elle allait rapidement aller mieux. « Est-ce que vous voulez prendre l’air ? » Un peu d’air frais, ça ne faisait jamais de mal non ? Bref, Ewen jouait les grands saveurs auprès de la demoiselle sans se douter un seul instant qu’il était le véritable responsable de l’état dans lequel elle se trouvait. Après tout, son histoire était des plus plausibles. Il lui arrivait aussi de ne pas se sentir bien s’il n’avait pas assez mangé. Mais depuis qu’il était au Chaudron Baveur, cela n’arrivait que très rarement. Une journée sans petit-déjeuner lui avait fait apprendre de ses erreurs et il ne l’avait jamais recommise. Il fallait de l’énergie pour passer de table à table pendant des heures d’affilées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Qui es-tu vraiment ? ✘ Daria   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui es-tu vraiment ? ✘ Daria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un niveau musicale vraiment sublime !
» vraiment bête!
» [Vidéo] Vraiment enorme !!
» On est vraiment phenomenal
» Puce vraiment pas cher !!! (besoin d'info sur le Nabaztag:tag et mir:ror)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Dissendium  :: MONDE FARFELUS :: Flashback-